Les normes techniques relatives à l’établissement des couvertures

bruno

La toiture n’échappe pas aux différentes réglementations dans le domaine de la construction. Les Documents Techniques Unifiés 40 (DTU 40) définissent les réglementations relatives à l’établissement d’une couverture : la forme, les caractéristiques, l’esthétique. Son application permet de garantir à la fois une toiture de qualité, protectrice et durable.

Voici un extrait gratuit du guide :

On peut rencontrer différents types de couverture et à chaque type correspond des règles spécifiques. Cependant, des règles communes régissent également ces types de toitures.

Les réglementations communes

Compatibilité des matériaux

Il est important de bien choisir les matériaux de couverture à mettre en œuvre. En effet, des risques de corrosion ou de détérioration peuvent être engendrés si des précautions adéquates ne sont pas prises concernant la compatibilité de certains matériaux. Ainsi, pour y remédier, il est nécessaire de empêcher le contact entre les matériaux et son support par l’application d’une couche de peinture isolante ou par l’interposition d’un papier spécial ou d’un feutre bitumé.

La ventilation de la sous-face

Quel que soit le type de couverture, une toiture se doit d’être bien ventilée afin de prolonger au maximum sa durée de vie. En effet, le vide se situant sous le toit permet de :

  • faire circuler l’air (sortie de l’air chaud vers l’extérieur et entrée de l’air frais vers l’intérieur)
  • protéger les différentes parties de la toiture contre le développement des moisissures, des champignons, etc
  • éviter la condensation d’eau

Dans les zones d’enneigement où la neige peut rester sur la couverture durant de longs mois, il est parfois nécessaire de ventiler la sous-face d’une couverture afin de lui donner une température avoisinant celle du milieu extérieur.

Pour ce faire, voici quelques recommandations à suivre :

  • Vous pouvez procéder à la création d’ouverture dans les pignons (œil de bœuf).
  • Afin que l’air puisse circuler naturellement dans le sens horizontal et dans le sens de la pente, il est recommandé de laisser une épaisseur libre minimale de 2 cm entre le dessous des liteaux et les écrans d’étanchéité ou les isolants thermiques.
  • Vous pouvez également procéder à la création des chatières disposées en quinconce à partir de tuiles spéciales ou d’éléments en zinc. Notons que les chatières sont des petites ouvertures favorisant la ventilation naturelle des combles et des greniers.

1 : Couverture
2 : Ventillation
3 : Pare-pluie
4 : Tasseau

5 : Plancher de toiture
6 : Isolant
7 : Chevron
8 : Aboutage


L’isolation thermique

Pour un confort thermique tout au long de l’année, que soit en été ou en hiver, il est important d’installer des isolations. L’isolant à utiliser peut-être en rouleaux ou en panneaux rigides (de mousses ou les laines minérales). Il sera placé sur le dernier plancher ou entre les chevrons. Il existe 3 techniques pour la réalisation de l’isolation :

  • Isolation en une seule couche
  • Isolation en double couche
  • Isolation par sarking

Dans le cas où l’isolant est composé de plusieurs couches, une pare-vapeur sera posée sur la sous-face de la première couche.

Isolation en une seule couche

C’est la technique la plus simple et la plus facile à mettre en œuvre. Elle se fait par l’intérieur. Elle consiste à insérer les isolants entre les chevrons. L’épaisseur de ce dernier ne devra donc pas excéder celui du chevron.

Isolation en double couche

Elle se réalise en deux temps. Pour découvrir sa mise en œuvre, vous pouvez consulter l’article sur l’isolation des combles.

1 : Ecran de toiture
2 : Première couche d’isolant entre les chevrons
3 : Vis de 35 mm
4 : Suspente
5 : Chevron
6 : Deuxième couche d’isolant

7 : Panne
8 : Membrane d’étanchéité
9 : Tige de la suspente
10 : Rondelle
11 : Clé
12 : Fourrure
13 : Plaque de plâtre

Isolation par sarking

C’est une technique d’isolation par l’extérieur. Le but est de ne pas empiéter sur le volume habitable. L’isolant sera placé au-dessus du chevron et nécessite une dépose des matériaux de couverture.




Les écrans sous-toitures

La pose d’un complément d’écran d’étanchéité est importante dans les zones d’enneigement ou dans les zones à forte poussière. Il est notamment mis en place pour protéger l’ouvrage, comme le pare-pluie , avant l’installation des revêtements extérieurs. Vous pouvez avoir recours au film polyane ou au feutre bitumé Fb 36 S pour les toitures en tuiles et ardoises. Par contre, pour les plaques ondulées, il y a la mousse imprégnée en boudin préformé qui sera placée entre les deux plaques en recouvrement longitudinaux et transversaux.

Les fixations de la toiture

Le vent exerce des forces de pression ou d’arrachement au niveau de la couverture. La fixation est donc très importante pour bien assurer les ancrages au niveau des éléments de support. Pour ce faire, vous pourrez recourir à des clous, des agrafes, des tirefonds, des crochets et des pattes d’attache. De plus, vous pourrez renforcer la solidarisation de la charpente et le chaînage haut des maçonneries portantes.


Les réglementations spécifiques

Chaque type de toiture a ses propres règles :

Les ardoises et les tuiles plates

Pour assurer l’étanchéité, il faut que le recouvrement dans le sens de la pente soit suffisant. Il est également important que les contacts latéraux entre les éléments d’un même rang parallèle à l’égout soient bien réalisés.

La tuile chatière

C’est un élément indispensable pour permettre à votre toit de respirer et d’assurer son aération naturelle. Ainsi, elle permet d’assurer une bonne ventilation pour éviter la condensation.
Elle doit s’intégrer parfaitement avec votre modèle de tuile pour l’esthétisme de votre toiture. Elle peut être de forme ronde, demi-ronde ou triangulaire, en terre cuite ou en zinc.
Leur pose se fait en quinconce, une fois en haut des rampants et une fois en bas des rampants. Elles sont à placées tous les 20 m² pour les tuiles en terre et tous les 10 m² pour une toiture en ardoise.
Pour ne pas y avoir recours, vous pouvez réaliser des entrées et sorties d’air au niveau de la gouttière et sur le faîtage de la toiture.


Les tuiles mécaniques

Pour une bonne étanchéité, des recouvrements longitudinaux et transversaux de 5 à 12 cm seront nécessaires. De plus, il faudra mettre des reliefs ou cannelures complémentaires sur les côtés ou des chefs des tuiles afin de desserrer les éléments.

Les couvertures métalliques

Pour leur étanchéité, il faudra prévoir des recouvrements en ressauts, des agrafures doubles ou simple, suivant les pentes croissantes. Par contre, suivant le sens latéral, il faudra placer des tasseaux et des couvre-joints pour le cas de pose en feuilles. Mais pour des longues bandes, il sera nécessaire de poser des joints debouts.


Les plaques ondulées et les bacs autoportants

Les problèmes de dilatation seront résolus par la pose d’attaches adaptées à chaque type de matériau. L’étanchéité est assurée dans le sens de la pente par des longueurs de recouvrement en fonction de la zone, de la pente, du site ou du matériau. Dans le sens latéral, des profils spéciaux des rives latérales formant une demi-onde en amiante-ciment serviront de recouvrement.

Vis pour isolation SARKING

Plus d'infos